Star Wars Empire - Officiers de sécurité

Le forum des officiers de sécurité Star Wars Empire.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Emails Types

Aller en bas 
AuteurMessage
hagen phennir

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 04/07/2006

MessageSujet: Emails Types   Mar 3 Oct - 5:35

Voici un exemple de mail (en réalité, c'est la fusion de deux mails) de combat contre le feu avec utilisation des RadTroopers.
Je n'ai pas eu le courage de tout relire aussi vos remarques sont les bienvenues

P : PNJ Sergent Sibi Baldini, OSec, accueil du département sécurité
L'agitation qui régnait sur le Minotaure depuis quelques heures ne semblait pas atteindre le moins du monde le Sergent.
Son uniforme semblait sortir tout droit de l'atelier de confection et de ne jamais avoir été porté.
Les cheveux du standardiste étaient gomminé en arrière, sa barbe parfaitement rasée à l'exception de deux favoris.
Son visage allongé, ses longs cils ses pomettes saillantes et son nez pointu lui donnaient réellement un air féminin.
Impression amplifiée par le fait que l'on lui devinait un maquillage léger.
Il accomplissait son devoir, somme toute fort peu martial, avec dévotion mais constellait ses phrases de petits "zou", "hop" ou "hihi" qui avaient le don d'énerver ceux qui le cottoyaient.

Gray : "Département Sécurité de Lieutenant-Commandant Gray, responsable département Ingénierie. "
- Sibi [voix très rapide]: Département Sécurité, Sibi Baldini est votre correspondant, je vous écoute, que puis-je pour vous Commandant hihi ?

Gray : "Je désire parler à votre chef de département."
- Sibi : Tout de suite Commandant. Le temps d'appuyer sur ce petit bouton tout chou, ne quittez pas ... Zou.

Il mit le Commandant Gray en attente et contacta Kor Azon.
- Sibi : Commandant, le Service Ingénieurie désire vous parler.
- Azon : Passe le moi tapette.
- Sibi : Tout de suite Commandant. Hop.

Azon : Commandant Gray, ici Kor Azon, je vous écoute.
Gray : "J'ai le feu vert du capitaine. Il me faut de prompts renforts pour assister mes équipes de Sécurité-Incendie dans leur lutte contre le feu et dans le sauvetage d'hommes pris au piège par les sinistres. Combien d'hommes pouvez-vous m'envoyer ?"
Azon : Je vous envoie une centaine de soldats ainsi que mes FireStroms.
Gray : .../...
Azon : Ah bon, vous êtes sur ? Bon, ben les RadTroopers alors si vous préférez.

Très rapidement, les hommes détachés furent sur les lieux.
Déjà les gars de la polices filtraient les accès et redirigeaient les membres d'équipage n'ayant rien à faire dans la zone.
Les RadTroopers, au vu de leur équipement lourd mirent une bonne demi-heure à arriver mais, ayant anticipé sur le temps de réaction de la bureaucratie, ils s'étaient déjà mis en route dès les premières rumeurs de feu.

Avec leur équipement à toute épreuve, ils pouvaient intervenir au coeur même du foyer mais ne connaissant rien aux priorités et spécificités techniques des moteurs, il leur fallait être brieffés par les ingénieurs.

Le gros des troupes fut envoyé sur l'autre foyer, moins technique, moins spécifique. Un feu qu'il fallait éteindre rapido... point à la ligne.
Dans ce combat là, le nombre et la vitesse faisaient la différence.
Les springlers automatiques crachaient, bien évidement leur mousse carbonique et arrivaient vaille que vaille à circonscrire le sinistre mais il faudrait des bras humains et surotut leur cerveau pour gagner la guerre du feu.
Les soldats empoignerent les lances à incendie et arrosaient copieusement les éxtérieurs de la marée brulante.
Fort heureusement, il n'y avait pas de courant d'air sur un navire impérial et le feu ne se nourrissait que de l'oxygene ambiant et des fluides passant dans les thuyeres.

La chaleur était étouffante.
Instantanément, dès leur arrivée, les hommes du feu se mirent à transpirer abondament. Les lances leur glissaient des mains et ils devaient régulièrement "tourner". L'homme en tête de colonne, celui qui tenait le bout de la lance, ne tenant pas longtemps face à cet enfer.

Alors que c'était au tour du tout jeune caporal Warzee d'être devant, une soupape explosa à quelques mètres de là.
Un jet de liquide sous pression jaillit en direction du "gamin" et lui creva l'oeil, l'assomant sur le coup, avant que les systèmes de sécurité automatiques ne détectent la baisse de pression et ne coupent l'arrivée.
Alors que ces voisins s'affairaient à coté de lui, le liquide (qui visiblement n'était pas de l'eau) prit feu comme de la brousaille, se propagea en une fraction de seconde jusqu'aux soldats et embrasa leurs uniformes.
Les hommes hurlant de douleur et de frayeur se ruèrent vers la sortie en se roulant par terre. D'autres se jetèrent sur eux avec des couvertures pour étouffer le feu mais des cloques énormes s'étaient déjà formés sur les membres à découvert et les visages.
A terre, le gamin n'eut à peine que le temps de sortir de sa torpeur pour se rendre compte de ce qui lui arrivait avant que son cerveau ne décide que la douleur était trop grande et qu'il était temps de baisser le rideau. Sans une larme, sans un cri, sa vie se termina sur le sol d'un navire impérial.

*Mais qu'attendent-ils pour fermer les sas coupe-feu et faire le vide là dedans bordel ?*

P : Sous-Lieutenant Garmisch Parten Kirchen, Leader RadTrooper, Zone incendie, DSD Minotaure
La liberté de mouvement n'était pas la première qualité recherchée dans les équipement d'intervention en milieu ultra-hostile... Mais quand même.
On les aurait coulé dans le thermo-béton que ca n'aurait pas changé grand chose.
Marchant avec la démarche élégante du pinguin Thonlondien rouge en rut, la quinzaine de "pompiers de l'extrême", les RadT suivirent le lieutenant-commandant Malki jusqu'aux lieux du sinistre.

Bellacante se tourna vers le Rad-trooper :
Bellacante : "Nous allons commencer à faire évacuer le secteur. Dans moins de cinq minutes vous et vos hommes aurez le sort de l'équipage
du Minotaure entre vos mains."

Rad-trooper : On n'a pas trop l'habitude de bosser là ou il reste des gens vivants si vous voyez ce que je veux dire. En principe, nous on intervient quand c'est trop tard et on repart rarement avec quelqu'un pouvant témoigner de quoi que ce soit derrière nous... Espérons que ca sera différent cette fois-ci.

Bellacante : "Espérons-le."
Bellacante se détourna et avec l'aide de Malki commença à donner les ordres pour l'évacuation. Les rad-
troopers sur les consignes de leurs chefs et d'une vingtaine de pompiers en combinaisons spatiales prirent la relève des soldats du
feu, saisissant les lances à eau ou à azote tout en continuant à arroser le front de flammes, de fumées, de chaleur, peut-être
l'ennemi le plus terrifiant qu'ils aient eu à affronter. Bellacante fini par saisir une combinaison spatiale et se mit à l'enfiler. Le
chef des rad-troopers s'approcha de lui.

Rad-trooper
: Pourrais-je savoir ce que vous faites Commandant ?

Bellacante : " Ca ne se voit pas ? Je m'équipe pour lutter contre l'incendie."

Rad-trooper : C'est notre job ca Commandant. Je pense que vous feriez mieux de vous replier, votre...

Bellacante : "Me replier ? Vous m'prenez pour un planqué ? C'est mon boulot ! Et j'vais sûrement pas vous laisser toute la gloire pour
vous tout seul mon petit vieux !"

Rad-trooper : Comme vous le sentez Commandant. Embarquez une lance et allons nous battre.

Bellacante : "Bien parlé trooper. Malki, où en est l'évacuation ?"

Malki : "Dans les temps. Dans deux minutes, je lance la procédure de vidange. Mais qu'est-ce que vous faites ?"

Rad-trooper : Son job Commandant. La tenue lui va a ravir et il s'ennuie seul derrière son bureau.

Bellacante : "Farpaitement et vous avez pas intérêt à vouloir me faire changer d'avis si vous voulez que nous restions ami ! Dégagez
maintenant, vous reste qu'une minute pour évacuer."

Malki : "Vous êtes courageux mais votre devoir est de diriger votre service, pas de jouer au héros, Bellacante."

Rad-trooper : Commandant, si je puis me permettre...
Au vu du regard assassin que Malki lui envoya, Garmisch se dit que finalement il ne pouvait pas se permettre.

Bellacante : "Je vais être bref. Un, si nous n'arrêtons pas ce feu, je n'aurais plus de service à diriger. Deux, je préfère être aux
premières loges pour pouvoir réagir au plus vite à l'évolution de la situation. Trois, c'est moi qui dirige cette opération alors
maintenant, Malki vous dégagez au pas de course et vous me purgez tout ça !"

Malki : "Bonne chance à vous !" Malki tourna les talons et partit au trot. Il attendit d'être le dernier avant de passer le sas, le
verrouiller et d'ordonner la purge.

Isolés de la chaleur et des vapeurs toxiques, les RadT pouvaient se concentrer uniquement sur l'extinction des foyers les plus imposants.
Là où il fallait une dizaine d'hommes en équipement de lutte anti-incendie "classique" pour tenir un poste à 25m des flammes, 2 suffisaient à présent et à 10m des morsures brûlantes.
Trois des RT dont Garmisch s'armèrent de haches et avancèrent encore plus avant.
Leur but était de tailler en pièces les matériaux les plus inflammables, de les éloigner du centre du sinistre et ainsi de diminuer la capacité de combustion.

Ils avaient parfaitement conscience qu'ils ne pouraient pas venir à bout de cet enfer et que ce qu'on leur demandait était simplement de gagner les temps nécessaire aux techniciens pour isoler les lieux et faire le vide d'air dans la zone.
Sans oxygene, le feu pourrait encore couver dans les canalisations transportant de quelconques fluides servant à diverses choses et autres et cela représentait un réel danger ... Mais secondaire.
Pour le moment, il fallait éviter à tout prix que le feu ne s'étendent aux zones critiques du Minotaure.
Outre l'impression plutot mitigée qu'aurait pus donner à l'amirauté le fait d'avoir laissé cramer un tout nouveau joujou, ca aurait rendu tout le monde ... mort.

Les flammes sont vicieuses, elles font semblant de faiblir à gauche pour venir vous pincer les fesses par la droite. Elle disparaissent à droite et resurgissent à gauche. Mais les RadTroopers connaissent leur ennemi et ils ont appris à repérer les faiblesses de celui-ci.
Combattre un feu de foret était devenu un jeu d'enfant pour eux car le décor était planté et la seule variable était un hypothétique variation de vent... A bord d'un Navire, les variables étaient multiples, dégradation et variations des matériaux, liquides inflammables, explosions "extérieures",... Bref, la situation pouvait changer à tout moment.
Pour l'heure, le travail avancait bien... la surface enflammée avait diminué de moitié mais restait imposante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hagen phennir

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 04/07/2006

MessageSujet: Re: Emails Types   Mar 3 Oct - 6:02

Un bon gros délire (historique : on a volé une navette avec l'ORI Worfer et l'OPass Solaris pour aller délivrer Faith... Interdiction formelle de l'OC mais bon). On va atterrir sur une planète rebelle et Hagen propose un de ses plans à la con.

P : Lnt-Cmdt Hagen Phennir, Osec, dans la merde

Hagen : Je vais me planquer et voir si ca passe... Sinon, s'ils me trouvent, il suffit de feindre que vous ignioriez ma présence... Un déserteur parmis les déserteurs.
Solaris : Je le sens mal si vous voulez mon avi... Finalement tu auras Faith et nous à libérer...

Worfer : Sinon, prenez ces menottes et présentez moi comme un prisonnier. Un homme du DRIen gage de bonne foi, ca devrait les convaincre, juste assez pour qu'on puisse trouver une faille et tous les liquider.

Solaris : Trouver une faille ? Tous les liquider ? Attendez, mois je pensais qu'on aurais pu tirer Faith de là sans trop de mort...

Worfer : C'est eux ou nous, on est pas parti pour une ballade de santé.

Hagen : On a signé pour ca non ? [clin d'oeil] Allez, il est temps que je rentre dans ma boiboite. Appelez -moi Houd'ini à partir de maintenant.

Worfer : Vous me menottez, un de vous se planque, vous négociez, vous essayez de me vendre, il y a un moment où il baisseront la garde et là on les supprimme tous. Ensuite, il faudra faire vite, si on mets plus de 10 minutes on est mort je pense.

Tyler : T'appelles çà un plan ?

Worfer : Tu vas comprendre pourquoi ce cher Hagen et moi, on nous surnomme Starsky & Hutch.

Hagen : [voix caverneuse et lointaine] Nan, je suis plus Starsky, je suis Houd'ini ! Putain, ca pue ici dedans !

Worfer : C'est pour çà qu'il faudra faire vite.

Hagen : [voix caverneuse et lointaine] Ca serait gentil oui ! Et faites gaffe à l'aterrissage, j'ai pas les siège tout confort ici moi !

Worfer : Cà c'est le boulot de Vick, je ne suis pas pilote.
Vick se redressa et afficha un grand sourire

Tyler : Ai confiance, j'effectuerais cette manoeuvre les yeux fermés... Bon pour assurer et pour vérifier que ces maudits chasseurs ne se pointent pas trop vite, je les garderais ouverts cette fois.

Worfer : J'ai confiance.

Solaris : J'aimerais l'être moi aussi... confiant... Bon, j'imagine je fais partie des "vendeurs" ?

Tyler : Exact... [Regardant Solaris] J'espère que tu sais négocier ?... [Se retournant sur ses commandes] C'est pas grave ça aussi on improvisera... Atterrissage dans 15 secondes, le commandant Phennir est prié de se planquer...
Solaris : Je... j'essaierai de négocier en effet...
Hagen :[voix caverneuse et lointaine] C'eeeeeeeeeeeeest fait. Je compte jusqu'à 10 et puis je viens vous chercher. Cachez-vous bien !
Tyler attrapa une paire de menotte et les tendit à Sargon
Tyler : Commandant...
Worfer .../...
Tyler : Lieutenant Solaris prenez donc un blaster pour garder notre prisonnier.
Solaris : Au moins si ça tourne mal je pourrais abattre deux ou trois rebelle avant detomber.... j'espere....
La navette suivit le chemin qu'avait indiqué les rebelles
Tyler : Nous sommes sur la zone
Vick se prépara à l'atterrissage. Il bascula de la propuslion sur les répulseurs et la navette descendit en douceur. Une legère secousse indiqua aux passagers que la navette avait touchée sol.
Tyler : [Grimace] Le comité d'accueil est là... Ils sont [Consulor ?]
Une fois qu'il eut vérifier que tout le monde été pret il abaissa la rampe d'accès à la navette.

Solaris pointa son blaster au dos d'un Worfer menotté, puis ils se dirigèrent vers la rampe abaissé.

Solaris : Il est temps de jouer les diplomates...

Ils descendirent enfin pour trouver les rebelles en face d'eux...

P : Lnt-Cmdt Hagen Phennir, Osec, champion du monde de cache-cache,

Alongé dans une gaine de cablage, Hagen s'était calé un maximum vers le fond du compartiment, il avait essayé de se glisser entre les cables pour les rabattre devant lui mais si un trou du cul de rebelle avait la mauvaise idée de pousser ses investigations un peu plus loin et d'ouvrir le cache, il tomberait sur un Lieutenant-Commandant en position ridicule.

A trappe d'accès avait été refermée avec seulement deux des quatre vis de manière à ce que l'Osec puisse sortir sans aide extérieure.

La chaleur était désagréable et bien qu'aucun fil ne soit dénudé, l'effet psychosomatique de cette présence électrique lui chatouillait les omoplates.

Hagen avait essayé de ramper pour s'éloigner quelque peu de la trappe (toujours au cas ou un fouineur …) mais, au pris de très gros efforts, il n'avait du, à peine, se dépalcer d'une trentaine de centimètres avant de se retrouvé coincé contre une espèce de "truc" circulaire avec une aiguille probablement très utile aux techiniens de maintenance mais parfaitement désagréable pour un officier en planque.

Le noir et la chaleur, l'exiguïté et la poussière, la crasse et la peur,… Hagen se serait cru en balnéothérapie.

Il n'entendait rien de ce qu'il se passait à l'extérieur et le bruit de son cœur battant semblait résonner jusqu'aux confins de l'univers. A vrai dire, il n'entendait rien d'autre du tout. Il supposait qu'aucun rebelle n'était entré dans la navette mais il n'en avait pas la moindre preuve.

Il décida qu'il valait mieux attendre encore un peu avant de sortir. Il ne faisait aucun doute que des professionnels fouilleraient le véhicule avant d'embarquer ou de descendre des impériaux passant à la résistance.

Combien étaient-ils dehors ? S'il avait du, lui, envoyer des troupes … combien aurait-il affecté d'hommes à la tache ? Au moins un quinzaine probablement. 5 qui resteraient à bonne distance, 6-7 pour s'occuper des prisonniers et 2 ou 3 pour visiter la navette.
S'occuper des inspecteurs, ca devrait aller, niquer leur race au groupe du milieu, no problemo mais le temps d'arriver jusqu'au groupe en retrait et ils auraient prévenu leur QG.
Restait à espérer que la logique militaire des rebelles ne valait pas celle des impériaux.

Quoi qu'il en soit, Hagen se dit qu'il valait mieux attendre encore un peu avant d'agir. Il valait mieux risquer de voir els autres se faire embarquer et d'ainsi devoir aller les chercher que de risquer de prendre chacun un pruneau et de voir l'aventure se terminer ainsi.

P : Lieutenant-Commandant Hagen Phennir, OSec tête brûlée, coincé dans une boite en métal dont tout le monde se fout

La chaleur et l'odeur aigre étaient particulièrement désagréables.
Des goutes de sueur perlaient le long des tampes et du nez de l'OSec qui aurait vraiment aimé pouvoir les épongé mais l'étroitesse de sa cachette ne lui permettaient pas de bouger les bras pour les remonter à hauteur de visage.
Il se contentait donc de se frotter aux cables à portée de torsion ne doutant pas qu'il se maculait ainsi la tronche de camboui et de poussière.

*Mais comment font les Wolverine pour rester des heures et des heures parfaitement immobiles quand ils sont en planque ? Ces types sont pas humains, c'est pas possible autrement... Faudrait envoyer les chiens pisteurs des RI pour trouver leur race*

Dans les premiers instants, Hagen avait cru qu'il manquerait rapidement d'air mais un léger souffle lui arrivait droit dessus. Une preuve de plus, s'il en fallait encore, de la deliquescence de l'Empire : les joints n'étaient plus hermétiques, ce qui démontre que l'entretient des navettes n'est plus optimale.

*Si je m'en sors, je passerai l'info à Gray*

Fizzzz (HP : j'offre un bonbon à celui qui me trouvera la meilleure honomatopée por un bruit de blaster)

*Qu'est ce .... Merde !*


Hagen aurait voulu bondir comme un diable de sa boite mais il était coincé et ne pourrait sortir que très lentement du compartiment.
Avec le recul, il se dit que c'était probablement mieux ainsi, l'effet de surprise serait un atout.
Avec peine, il se dégagea de l'emprise des cables qui tentaient de le retenir comme une femme apeurée agrippant son mari partant à la guerre. Pour peu, Hagen en aurait eu la larme à l'oeil, il se promit de venir leur rendre visite dès qu'il le pourrait (HP : ca,c'est pour vérifier qui lit vraiment ce que j'écris).
En sortant, il s'accrocha la manche sur un bout de métal replié et se retrouva avec le bras gauche nu. Au lieu de jurer, il empoigna l'autre manche et l'arracha.

Enfin sur ces pieds, il entreprit de se diriger vers la planque à armes.
Son bras droit était tout endolori et ses pieds fourmillaient de picottements. Mal oxygénés à cause d'une compression, les muscles ont tendance à se rappeler à notre mémoire de manière désagréable.
L'adrénaline coulait à torrent dans ses veines et Hagen se sentit revivre. Cette sensation du combattant partant en guerre lui plaisait. Il se souvint de ses premiers actes d'OSec sous les ordres de Eastwood. Il se souvint qu'il détestait ca. Et aujourd'hui, il avait la rage aux dents, il aimait l'exaltation des batailles, la franche camaraderie des commandos... Il se demandait ce qu'il aurait bien pu foutre assis comme un blaireau sur son fauteuil d'OPass (HP : c'est du P hein).

La sueur continuait de perler et ca le gonflait superbement, il se servit alors de la bande de tissus rouge qui maintenait toutes les armes en un aglomérat et s'en entourra le front.
Il agrippa deux fusils blaster et se dirigea vers la sortie.
Le poids des armes n'était pas négligeable mais dans le feu de l'action, il aurait pu soulever un piano "Aque" (fabriqué par la célebre firme John & Halliday) réputés pour être très très lourds.

Il arriva ainsi devant le sas de la navette ou il vit ....

(HP : Bonus track : A quel personnage célebre Hagen ressemble-t-il ? LOL)

P : Lieutenant-Commandant Hagen Phennir, OSec, Rambo pour les intimes (les cables par exemple... ouais mais faut suivre hein les gars)
Pret à en découdre comme jamais, Hagen surgit dans l'ouverture de la porte, grognant d'une voix rauque

Hagen : Meuuuuuha ! Ca va chier Adrienne !

Puis, le blanc... Au sol, quelques cadavres ... debout quelques faux déserteurs.

- Hagen : Ben merde les gars, fallait m'en laisser un ou deux quand même.
Bon, on se remue le gras et on passe à l'attaque.
On se la joue rapido ou on prend le temps d'enfiler les tenues de ces guignols ?

Worfer : Bien joué ! Hagen a raison on enfile ses
costumes on planque les corps et on fonce.

Solaris : pfui, je viens de m'apercevoir que c'étaient mes premiers tués au blaster...

Hagen : On débouchera le champagne quand on rentrera à la maison. Et à mon avis, tu vas avoir l'occasion d'agrandir ta collection.

Solaris Pris les bras du caporal et le tira jusqu'à l'intérieur de la navette. Là, il se servit de ses habits rapidement, puis resortit de la navette.

Hagen attrapa un rebelle qui ne semblait pas trop maculé et sans trou béant au niveau du plexus... Ca fait toujours mauvais genre.
Il préféra celui qui n'avait plus de tête.
Il le déshabilla et se mit également à poil (enfin presque). Avant de prendre le temps d'enfiler la tenue du cadavre, il l'agripa par dessous les épaules et le traina sur quelques centimètres avant de le lacher dégouté par la vision abjecte du trou ou se trouvait une tête dans le temps. Il le traina par les pieds mais du également renoncer à cause de la sueur qui le faisait glisser. Il modifia sa prise pour le prendre au niveau des cuisses ce qui déclancha un sourire idiot et évocateur chez Worfer. Il est vrai que la scène pouvait être mal interprétée

- Worfer : Tu veux qu'on te laisse un moment d'intimité ?
- Hagen : Oh, ca va, garde tes blagues salaces pour toi hein !

Worfer : D'après mes indications c'est le couloir 5-B
puis 23-Y, ensuite cellule B-52.

Hagen : [terminant de s'habiller] : Putain, ca va pas etre de la tarte. On a intéret à etre meilleurs que jamais mon pote. Va faloir qu'on fasse des miracles.

Worfer : En quelque sorte. Tyler tu restes dans la navette, il faudra sans doute qu'on s'échappe rapido si ca foirre.

Tyler : .../...

Worfer : T'inquiètes on va la ramener.

Solaris : Bon, faudrait ptet y aller maintenant, je ne voudrais pas tomber sur une escouade rebelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azim zan

avatar

Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Emails Types   Mar 3 Oct - 10:32

Olala sont long tes mails Hagen :p

en voici un du dev 2 c'est le seul je croit bien que je puisse fournir pour l'instant je vient a peine de réellement entrer dans l'action.

il concerne l'aabordage (diplomatique bien sûr) d'un cargo civil qui se trouve dans les hangards du devastateur2.




Azim faisait les cents pas en attendant d'avoir la confirmation que
le cargo était bien arrimé dans le hangar, une fois celle ci reçut
il s'engouffra par la porte du hangar qui commençait à s'ouvrir.

il ne donna aucun ordre car tous savait quoi faire: aussitôt qu'il
fut en marche un des peloton de soldats de la marine se rangea
derrière lui et le suivit. Un autre peloton de stormtroopers entra
en courant dans la hangar et se positionna tout autour du cargo pour
empecher une éventuelle fuite.

Azim s'arreta devant le cargo et saisit son comlink:

Azim: "Officier de sécurité Azim zan au cargo civil, ouvrez
immédiatement vos soutes d'accés."

Capitaine: " Sommes nous obliger de passer par là !?! "

Azim: "Je ne répeterais pas, si vous n'ouvrez pas de vous même c'est
nous qui le ferons et vous ne trouverez pas ça à votre goût je vous
l'assure."

Capitaine: " Nous coopérons. Mais, n'abimez aucun matériels et ne volez pas de marchandise ! "

Azim: "vos objections seront rapporté au commandant je puis vous
l'assurez. Maintenant ouvres les soutes d'accés."

Capitaine : " Je l'espère. Mais, je ferais mon possible pour éviter tout affrontement avec vous ..."

Les soutes s'ouvrirent enfin, Azim suivit par une partie de son
peloton de soldats de la marine pénétra à l'interieur du cargo une
main sur le hlster de son blaster.

au fur et à mesure qu'il progressait vers la "passerelle" du cargo
ses hommes se dicéminerent dans les coursives avec pour ordres de
faire sortir les membres d'équipage et d'enfermer les différents
droïdes.

Arriver à la passerelle Azim se planta fermement devant le capitaine:

Azim: "Veuillez me suivre capitaine le commandant voudra
certainement vous parlez."

Capitaine : "Bien entendu ... De toute façon, ais-je le choix ?! Non ! Mais que me vaut cette honneur ? Me parler avant de me torturer ? Et mes hommes que deviennent-ils ? "

Azim: "Vos hommes ? Ils seront conduits dans les quartiers des
invités où ils pourront se restaurer aux frais de l'Empire."

Capitaine : "Vous êtes trop généreux ! Vous êtes devenus de bons VRP ? Vous avez pris des cours d'actions commerciales ou quoi ? "

Azim: "Si vous collaborez je vous assure que vous en tirerez grand
bénéfice, à commencer par celui de votre vie...."

Ce dernier commentaire dû faire son effet car la capitaine se
résigna et sorti de son attitude obtuse. Soit que la mention de
profit ait fait son chemin, soit la menace sur sa vie va savoir.

Le capitaine ordonna dans le systeme de communication interne du
cargo à ses hommes de se regrouper puis de sortir, et lui même se
fit accompagner par Azim et ses hommes.

8 membres d'équipage : 1Hrakien, 1 Verpine, 2 Humains et 4 Paiguns, comme le capitaine.

Azim sortit suivit du capitaine et d'une section de soldats, il se
dirigea directement vers la passerelle où il passerait le relais à
un officier compétent (Si ce n'est pas la bonne destination faite le
moi savoir).

Derriere lui les soldats du bord conduisaient les membres d'équipage
au mess tandis que les storm retournaient dans leur quartiers.

Les patrouilles de polices continuaient leurs rondes autour du
hangars et le service de protection avait envoyer des gardes pour
faire le guet aux différentes sorties.

Pendant ce temps des éléments du serice police et des OING faisaient
une inspection de routne du cargo pour détécter tout objet ou
explosif qui pourrait faire du mal au devastateur 2.



Je précise que le capitaine est jouer par le consulor ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilvar

avatar

Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Emails Types   Mer 8 Nov - 11:03

HP: Rilvar
Voici le genre de match auquel je vais vous soumettre lors du SL de remise à niveau.

P: Sous-lieutenant Tiffus Rilvar, Osec, VSD Rédempteur, Base Tel arhune.
Le troisième match était désormais en préparation. Il s'agissait maintenant d'inverser les rôles. Cette fois-ci Rilvar retrouvait un nombre conséquent de soldat en comparaison des forces ennemies. Comme toujours on jouait sur le même terrain et une fois de plus le décor était modifié. Cette fois-ci on avait attendu la nuit pour débuter le combat. Les hommes avaient enfin pu se reposer et avaient entre pris place sur le champ de bataille.

Cette fois-ci l'Osec avait prit soin de sélectionner quatre snipers et ses meilleurs soldats pour une attaque efficace. Il avait planifié une attaque rapide pour prendre position devant le nid de mitrailleuse ennemi. Quant aux Tel Arhune, ceux-ci étaient quasiment tous équipés désormais de lunettes de détection thermique. Ils voulaient voir l'ennemi arriver de loin. Il se trouvait à l'emplacement exact où se trouvait les impériaux quelques heures auparavant.

Rilvar scrutait les positions adverses de loin avec une paire de jumelle de vision nocturne gracieusement prêté par les Tel Arhune. Tous les hommes de Rilvar s'étaient formés en trois groupes. Chaque groupe se composait d'un leader d'un sniper et du reste en soldat. Il s'agissait de deux groupes de sept et d'un groupe de six. L'Osec se trouvait dans le dernier groupe. Il s'agissait en fait d'un groupe de commandement aménagé qui devait se voir très mobile pour pouvoir faire face à un ennemi très entraîné en ce qui concernait de protéger une zone.

Une fois de plus, une sonnerie saccadée avait donné le signal de départ. C'est avec une grande pression que les Storm et le reste des troupes impérial s'engagèrent dans la pénombre. La stratégie d'attaque était très simple et rapide d'exécution: il fallait que les deux première équipes attaque respectivement le flanc droit et le flanc gauche pour attirer l'attention de la mitrailleuse ainsi, de cette manière Rilvar pourrait les attaquer de front.


Pendant ce temps les dix Tel Arhune s'était positionné en un grand bloc autour du blaster lourds E-WEB. Contrairement au impériaux les Tel Arhune étaient plutôt calmes et détendu. Ce qui était normal vu qu’ils jouaient dans une catégorie dans laquelle ils excellaient.
Les impériaux arrivaient enfin aux abords de la position fortifiée Tel Arhune. Avec une détermination sans faille les deux groupes principaux prirent positions sur les flancs ennemis tout en prenant soin de passer bien loin de la mitrailleuse adverse. Ils avaient prit la précaution de prendre un angle de manœuvre bien large pour ne pas alerter les Tel Arhune.

Pendant ce temps, avec leur équipement de détection nocturne, les Tel Arhune cherchaient désespéramment l'ennemi impérial. Les deux cuisantes défaite que l'ordre nouveau lui avait infligé les rendait agacés et taciturnes. Mais le commandant Tel Arhune s'était révélé être mauvais perdant. Rien ne s'affichait sur leur instrument. Ces derniers n’étaient pas équipés de sonar de détection comme l'Empire.

L'équipe de commandement impériale s'était positionnée au loin sur des collines, bien à l'abri des tirs de blaster et de snipers. L'Osec coordonnait les mouvements de ses unités tout en gardant un oeil sur les Tel Arhune. Bien que méfiant à la base, Rilvar avait négligé un petit détail; une fois que les Storm auraient attirés l'attention de la mitrailleuse il se pouvait que l'ennemis garde quelques snipers pour faire avorter une éventuelle attaque des impériaux de front.

Le signal que devait recevoir les Storm était le lancé d'un fumigène de couleur très voyante sur la position éclairée ennemie. L'Osec observait la situation et quand il lui sembla bon d'agir il désigna un de ses hommes pour aller lancer la grenade.

Rilvar: Soldat, portez cette grenade avec vous et lancerez là sur le nid de mitrailleuse ou du moins sur ses abords.

Soldat: Bien monsieur.

Le Storm s'engouffra alors dans la pénombre ayant comme seule alliée l'obscurité. Enfin il arriva près de la position Tel Arhune.

Soldat Tel Arhune: Monsieur je détecte la présence d'un ennemi venant de front !

Leader: Ce doit être un éclaireur, tirez-lui dessus avant qu'il ne révèle nous positions et la composition de nos troupes !

Soldat T A: Tout de suite.

Le sniper Tel Arhune saisit son arme visa, attendit que sa cible se rapproche et appuya sur la gâchette...Mais au même moment Rilvar voyant que quelque chose se tramait chez l'ennemi, ordonna le repli immédiat du soldat. Il avait ordre de lâcher sa grenade derrière lui. Le sniper surpris de la tournure que prenait la situation rata sa cible. L'épais nuage de fumée rouge masqua alors le soldat suffisamment de temps pour lui permettre de sortir du collimateur du sniper avant qu'il n'enclenche le mode détection de chaleur. Mais comme le soldat impérial s'était suffisamment rapproché de la position ennemie le nuage fut perçu par quelques soldats qui passèrent le mot aux autre seulement il y avait un problème; un seul côté était au courant que le signal avait été donné.
Les Storm du côté gauche bondirent de leurs positions pour attaquer la mitrailleuse Tel Arhune. Celle-ci juste à temps eut le temps de pivoter pour ouvrir le feu sur l'Empire. Du côté du flanc droit les Storm furent alertés par les bruits de combats qu'émettaient les tirs de blaster. A leur tour ils se mirent à attaquer les Tel Arhune qui se trouvaient entre deux feux et la mitrailleuse se trouvait maintenant dos à l'Empire comme Rilvar le souhaitait.

Les Tel Arhune se défendaient avec courage et efficacité. Ils ne mirent pas beaucoup de temps à décimer l'ennemi impérial. Mais de son côté l'Empire avait infligé de lourds dégâts aux Tel Arhune qui avaient perdu avec l'effet de surprise et de revers cinq hommes. Leurs effectifs étant diminués de moitié. Les hommes du second groupe s'étaient retranchés derrière des irrégularités du terrain. Cependant les Storm du groupe deux continuaient dans le noir, éclairés par les tirs nourris de blaster, d’attirer l’attention des Tel Arhune. Rilvar profita dès lors de la situation ;
Rilvar : Œils de Lynx (en s’adressant par COM - LINK à tous les tireurs d’élites), chargez vous d’éliminer en priorité tous les snipers ennemis pour nous permettre d’avancer de front. Exécution !

Tous : Ce sera fait monsieur.

Leader groupe 2 : Lieutenant, il serait judicieux d’éliminer en priorité les tireurs qui se postent à la mitrailleuse nous pourrons donner l’assaut.

Rilvar : Non, Enseigne il nous faut tous d’abords rayer de la carte les snipers car si nous bougeons nous nous ferons descendre comme des lapins de plus je ne veux pas qu’ils sachent que leur officier commandant se situe juste devant eux.

Leader 2 : Comme vous voudrez Lieutenant.

Comme l’avait planifié Rilvar, les tireurs d’élites commencèrent à bouger pour se trouver en position avantageuse de tir. Puis lorsque Rilvar donna l’ordre de tir à volonté ce fut la raclée pour les Tel Arhune, deux hommes d’éliminés mais dans les trois restants ce trouvait des snipers très expérimentés qui changèrent la donne. Tous d’abords ils éliminèrent rapidement les snipers impériaux qui se trouvaient malheureusement dans des zones dégagés. Puis ce fut au tour de l’équipe de commandement qui essuya des pertes lourdes ; il ne restait plus que Rilvar et son second.

Mais les Tel Arhune se retrouvèrent dans un piège involontairement posé par Rilvar. En attaquant les snipers impériaux, les tireurs d’élites Tel Arhune avaient détournés leur attention du combat contre le groupe de six hommes retranchés sur leur flanc droit. Ceci leur fut fatal car pour tirer sur l’Empire ils durent légèrement sortir de dessous les sacs de sables ce qui en faisaient des cibles très intéressantes pour les Storm qui n’en firent qu’une bouchée. Le tireur de la mitrailleuse lutait alors désespérément contre eux jusqu’au moment où Rilvar surgis derrière lui avec son blaster pointé dans son dos. Ce dernier avait profité de la cohue pour approcher la position fortifiée.
Troisième bataille de gagnée, troisième défaite encaissée par le Commandant Tel Ahrune qui faillit dévorer son képi de rage.

Rilvar ; Alors commandant vous faiblissez ? Je vous croyez plus malin que ça…..*ironie*

Commandant : *cette fois-ci bon joueur* rira bien qui rira le dernier Lieutenant, il nous reste une bataille pour sauver l’honneur.

Rilvar : Non je n’oublis pas, permettez-moi que je vous souhaite bonne chance….*toujours ironique*

Commandant : Assez de sarcasmes soldat *Avec un rictus*…et préparez vous plutôt au combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azim zan

avatar

Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Emails Types   Jeu 16 Nov - 11:52

Mails pour les débutant :p

P: Lieutenant Azim zan, Osec, ISC (c'est bien ça ?) Griffon.

Le lieutenant Sortit de son bureau pour se dégourdir les jambes au passage il croisa certains membres du département (quoi d'étonnant) qui le saluerent.

Rendant les salus il continua jusq'au mess où il esperait bien pouvoir se restaurer.

avalant rapidement son repas il ne put que faire attention à ces pilotes qui braillaient comme ils pouvaient 'tous les même ' se dit il en secouant la tête.

il s'engagea ensuite dans les coursives du vaisseau pour atteindre un obscur poste de surveillance automatique et vérifier que tout fonctionnait, rassurer il retourna dans le département et vint au poste de surveillance principal espio...... surveiller l'équipage.

Le demande du capitaine de passer en stadef 1 leur parvint alors:

Il fit signe à un enseigne de se saisir du micro et de faire l'annonce "Comme à l'école" l'encouragea t'il.

L'enseigne fit deux pas en avant s'approcha de la console et se saiti du micro:

Enseigne Jailafrit: "a tout l'équipage passage en statdef 1 code jaune. Préparez vous au décollage l'accés aux zones de hautes sécurités sont restreint aux personnes autorisés, je répete......."

Azim satisfait hocha la tête avant d'entrer la commande faisant passer le niveau d'alerte du 0 au 1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azim zan

avatar

Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Emails Types   Mer 29 Nov - 11:36

voici deux mails illustrant le découpage en service du département de la sécurité ^^

Lors de son appel vers le lieutenant Zan le commandant fut directement redirigé vers le service de surveillance:

Boug: "Excusez moi commandant mais le lieutenant Zan se trouve actuellement à bord d'une des navettes de débarquement, si vous avez des ordres à lui donner nous transmettront"

elecktra.....

Boug: "bien madame"

Elektra: "Je veux la condamnation du hangar secondaire. Que tous le monde soit évacué de celui-ci, que des mesures de sécurités soient prises (s'ils y a des portes de protection supplémentaires, les activer!!) et que tous soient hermétiquement fermés."

Boug: "bien madame nous nous en occupons immédiatement"

Elektra: "Je compte faire analyser les débris et je veux m'assurer qu'aucun virus ou explosion ou radiation n'affecte le vaisseau lors de l'analyse"

Boug: "Les débris madame ?"

elecktra...

boug: "Oui commandant, bien sûr commandant, excusez moi commandant"

Enfin la communication fut coupée, ausitôt il transmis les ordres du commandant au chef de service Mannfred puis retourna tranquillement à sa console.

Mannfred lui eu un coup de chaud: il se saisit de son comlink et faisant les 100 pas dans le poste de surveillance principal appela le service de police:

Mannfred: "sous lieutenant Mannfred à sous lieutenant salut mon vieux il me faut des patrouilles autour du hangar secondaire. il va se faire évacuer sous peu et il ne faut que personne ni entre"

Hey: "Okay j'envoit des gars tout de suite."

Mannfred: "Merci au fait on se fait la revanche quand tu veut"

Hey: "Sans probleme je te prend dés que la situation se sera calmé allez bye"


S'arretant dans son va et vient constant Mannfred appela ensuite le service de protection:

Mannfred: " sous lieutenant Mannfred à lieutenant eunneugueur..."

Enneuger*soupirant* "combien de fois faudra t'il que je te le repete c'est enneuger bon qu'est ce qui t'arrive encore ?"

Mannfred: "Excuse moi mais je ne me ferais jamais à ton nom. il me faudrait des gardes à toutes le entrés du hangard secondaire le plus rapidement possible. Ils devront empecher quiconque d'entrer"

enneuger: "D'accord je les envoit dare dare. au fait tu me doit une bouffe oublie pas"

Mannfred: "t'inquiete"

Ceci fait, il s'approcha de la console de communication interne du poste de surveillance et saisissant le micro lança un appel d'avertissement destiné au hangar secondaire:

Mannfred: " Tout le personnel occupant actuellement le hangar secondaire doit le quitter immédiatement, celui ci sera condamner dans quelques minutes. Je repete tout le personnel....."

Il mit en route les sirenes d'alarme dans le hangard pour ceux qui auraient du mal à comprendre puis se saisissant une nouvelle fois de son comlink appela le départemet d'ingénieerie:

Mannfred: "Osec Mannfred à [??? a qui je doit parler ??] Par ordre du commandant le hangar secondaire doit être hermétiquement clos. une fois que le personnel l'aura évacuer fermer toute les portes du hangard "

????: ........

Mannfred: "Je vous remercie"


quand il eu finit il se jeta dans un fauteuil, 'une bonne chose de faites' pensa t'il 'je me taperais bien une biere bien fraiche moi' secouant la tête il se releva et se remit au boulot, la surveillance n'avait pas de fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azim zan

avatar

Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Emails Types   Mer 29 Nov - 11:38

Alors que les écoutilles se feramient le lieutenant reçut une
communication du commandant:

Elektra: Lieutenant Azim, je veux que la 1ere compagnie d'Infanterie
du Commandant Sped se prépare.


Azim: "Bien madame"

changeant de fréquence il se dirigea vers le cockpit où il serait plus
au calme, une fois là bas il communica avec le service de surveillance:

Azim: "Osec ZAn à lieutenant Mannfred faites préparer la 1ere
compagnie d'infanterie du commandant sped, qu'elle se tienne prête a
embarquer le plus rapidement possible."

Mannfred: "Tres bien lieutenant"

quelques instant plus tard il repris: "Le message à été transmis, la
premiere compagnie sera prête dans quelques minutes."

Azim: "Tres bien avertissez en la passerelle"

---------------------------------------------------------------------

Mannfred se retourna dans son siege et changea de console avant de
pousser un nouveau bouton. Il utilisa ensuite le comlink de la console
pour contacter le commandant Light:

Mannfred: "sous lieutenant Mannfred à commandant Light, la premiere
compagnie se déploie prépare à l'instant même, elle sera opérationelle
dans quelques minutes"

Light: "Tres bien c'est du bon boulot sous lieutenant"

Mennfred "merci commandant" puis d'un geste sec il coupa la
communication rosisant de fierté.

---------------------------------------------------------------------

sur la passerelle le commandant Light se tourna vers elecktra:

Light: " La premiere compagnie sera bientôt oppérationelle madame"

Il voyait défiler devant ses yeux les chiffres et les rapports des
différents service de son département, entre deux moment d'acctivité
il jetait un oeil sur le plan de bataille du commadant Ky en
approuvant de la tête.

----------------------------------------------------------------------

Les navettes s'expluserent du vaisseau à quelques secondes
d'intervalles, celles contenant les sections d'éclaireurs des 2eme et
3eme compagnie d'infanterie légere prire quelques distance d'avance
par rapports aux autres navettes. Sur les cotés elles étaient
encadrées par la chasse, les les soldats ésperait passer sans
dommages, quelle est l'utilité d'un bataillon de soldats dans
l'espace, cette question trottaient dans les têtes de chaque soldats.
Se faire volatilisé avant ^même de pouvoir combattre était la hantise
de chaque trouffion de l'Empire.

Le lieutenant Azim avait quitter le cockpit pour se rendre au milieu
des hommes dans le compartiment de transport, il vérifiait ses armes
et les attaches de ses grenades.
Puis s'approchant du lieutenant commandant Defok ils se plongerent
dans le plan de bataille.

ils ne se rendirent pas compte de l'approche de la navette, si ce
n'est quand les brusques sursaut de cette derniere leur signalerent
leur entrée dans l'athmosphere.

---------------------------------------------------------------------
Alors que les navettes de débarquement pénétraient dans l'athmosphere,
les premiers s'était déja posées, les deux sections d'éclaireurs
commençaient déja à s'égailler dans la nature et quelques sections de
stormtroopers se mettaient en position pour sécurisé la zone en
attendant les renforts, les premiers rapports partirent en direction
de l'état majord du commandant Ky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Emails Types   Mar 5 Déc - 8:01

ménage d'hiver: une semaine avant que ce topic ne soit vérouiller profitez en.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://osec.dynamicforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emails Types   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emails Types
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fable des contrats-types
» Produits Profectiv (pour tous les types de cheveux)
» Définition des différents types de névrose et de la névrose phobique
» Les différents types de tocs
» Les différents types de shampooings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Empire - Officiers de sécurité :: Les Osecs :: Le conseil des Osecs-
Sauter vers: